2013,” Forza Femina”, Bastion 23, Commissaire de l’exposition, Mr Antri Azzedine.

Mon corps n’est pas un champ de bataille (1)

Fanny Gillet – Universitaire.

En utilisant la photographie, Hellal Zoubir met pour la première fois en scène des femmes réelles, du commun. Non que l’artiste ne se soit jamais intéressé à elles. Dans ses précédents travaux, l’image de la femme était liée à des personnages fictifs ou semi-fictifs issus de la tradition poétique locale(Le Mariage de Tanina, 2006) ou de la geste littéraire (Abla dans la série Antar, 2011). L’artiste prenait soin d’inscrire la mémoire d’un patrimoine commun dans le contexte d’une Algérie contemporaine, non sans un certain humour. Mais cet apparent détachement énonçait la conscience aig4e des réalités sociales qui l’entourent. Abla, héroïne farouche et rusée du Roman d’Antar, redevenait femme ordinaire sous le regard de l’artiste-forte, fragile,offerte ou déterminée ; Tanina, la« femme-phénix » symbole de grâce et de pureté, est celle qui finit dévorée par son compagnon pour avoir osé protester. Sans dresser un tableau sombre de la condition féminine, c’est à travers des figures résistantes mais aussi faillibles que Hellal Zoubir rendait compte d’une réalité où s’exprime la complexité des rapports humains.

C’est dans un esprit similaire que la galerie de portraits photographiques nous donne à voir des femmes demi lieux et parfois d’origine différents.Saisie dans un même geste de puissante détermination à s’imposer dans la société actuelle, cette posture ne manque pas d’évoquer le personnage publicitaire de Rosie the Riveter (« Rosie la riveteuse ») imaginé durant la Seconde Guerre Mondiale par J. Howard Miller pour encourager les femmes américaines à participer à l’effort de guerre. Cette propagande patriotique ne visait pas seulement à combler un manque laissé par les hommes partis au front, mais à souligner l’importance du rôle des femmes dans la vie socio-économique de leur pays. La fortune de cette image,devenue icône féministe, ne lasse pas d’alimenter les débats postmodernes.

Ce type de campagnes volontaristes qui tendait à masculiniser l’apparence de la femme, seul compromis possible pour une pleine participation à la vie active dans un espace public hyper sexué,nous permet d’observer à quel point les rapports de domination et les systèmes de représentation qui en découlent sont d’une actualité prégnante. Tout en tordant le cou à certains préjugés visant les sociétés musulmanes, le travail de Hellal Zoubir tend à montrer que la dimension humaine reprend ses droits dans un contexte où le corps de la femme demeure objet d’importants enjeux socio-politiques.

(1) En référence au travail de l’artiste Barbara Kruger (Untitled) Your body is a battle ground(1989).